Le Patchwork vient des Amish?

Quelles sont les origines du patchwork?

Récemment j’ai eu une discussion très intéressante avec une cliente. On se demandait comment avait commencé toute cette histoire de tissus. Elle me disait avec assurance: « le patchwork vient des Amish ».

 amish-diamond-in-a-square_turquoise Le patchwork: une invention Amish?

Rien n’est moins sûr. Pour la plupart d’entre nous Patchwork = Amish. Mais les Amish n’ont pas roujours fait leurs couvertures aves des chutes de tissus. Car au départ les Amish sont issus d’un mouvement crée en 1693 en Alsace, et ni à cette époque, ni à cet endroit les Amish ne faisaient du patchwork.

Ce n’est que plus tard, lorsque des communautés Amish ont migré et se sont formées aux USA, que les femmes au contact des anglaises, ont commencé à « recycler » leur vêtements pour en faire des plaids.

Mais cette cliente n’avait pas tout à fait tort quand à la relation Patchwork-Amish. Tout est une question de recul. Le patchwork est redevenu très populaire dans les années 70 avec le mouvement « Arts and Crafts« .

Au même moment le grand public decouvrait les patchworks Amish aux motifs épurés et tissus unis. On les considérait comme étant avant-gardistes et en phase avec à l’art contemporain de l’époque. De plus, le mode vie Amish correspondait tout à fait au courant de pensée « Flower Power » des années 70, d’où l’idéalisation que l’on a de leur mode de vie simple.

Origines du Patchwork

Chintz

Je serai tentée de dire que le « patch-work », travail de racommodage avec des chutes de tissu, a toujours été présent dans toutes les civilisations disposant d’étoffes.

C’est dans la transformation du racommodage en ornement que l’on peut trouver les prémisses du patchwork comme un art populaire. Avant l’industrialisation de la production d’étoffes, le tissu était presque un produit de luxe.

Imaginez le temps qu’il fallait pour récupérer les fibres, les filler et les tisser avant l’industrialisation de tissage. Et je ne parle même pas de la teinture et de l’impression des étoffes! Donc le tissu était precieux et figurait même  sur les testaments! Bien sûr tout ceci est très général  et couvre une évolution sur plusieurs siècles.

Prenez par exemple les kimonos dans la classe paysanne du Japon médiéval: les chutes de coton teintés à l’indigo étaient cousues ensemble pour former un kimono. Pour se protéger du froid on regroupait plusieurs épaisseurs que l’on fixait avec un point décoratif passant à travers toutes les couches: le Sashiko – d’autres parleraient de quilting.

 Dutch_VOC_ships_in_Chittagong_or_ArakanLes anciennes routes commerciales ont contribué au développement du patchwork 

Le patchwork en Europe s’est certainement développé grâce au commerce avec l’Inde. Logique non? Au 17è siècle, les indiens étaient bien plus avancés que nous sur les techniques de teintures et d’impressions sur étoffes. En plus des épices, nous avons importé beaucoup de tissus mais aussi du savoir-faire.

Les grandes nations de marins comme la Grande-Bretagne où les travaux d’aiguilles ne sont pas qu’un art populaire, et les Pays-Bas avec le Chintz ont été les premières à en tirer parti. On parle moins de la France, mais nous connaissons toutes le piqué Marseillais, Marseille étant une ville portuaire qui a largement profité des ces échanges commerciaux…

Cette petite discussion sur une hypothétique origine du patchwork nous a toutes deux fait voyager dans le temps et nous a fait prendre conscience que le patchwork est bien plus qu’un passe-temps de grand-Mère!

 

Commentez cet article si vous avez des informations à rajouter ou à rectifier!

Laisser un commentaire